AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Défi] Disparition d'enfant !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



Messages : 177
Couverture : Artiste peintre.
Points : 306


Plus d'informations
F A C E C L A I M : Natalie Dormer
R E L A T I O N S :

MessageSujet: [Défi] Disparition d'enfant !   Jeu 28 Juil - 12:56

Disparition d'enfant !
Lucia & Lucy
« Les parents ne sont pas toujours dupes de nos petites ruses. »


J'avais deux passions dans la vie : mon fils et la peinture. Si la seconde se déroulait sans accro, j'avais plus de mal avec la première. Kylian avait 15 ans passé maintenant et il tenait absolument à me prouver qu'il était capable d'être un agent, comme moi. Il pensait que si je refusais qu'il s'inscrive sur le listing pour recevoir un avis, c'était parce que son pouvoir n'était pas offensif. Cela n'avait rien à voir : bien que je puisse transformer d'un simple regard tout ou partie d'une personne en pierre, je me battais presque exclusivement avec des armes.  Je le trouvais juste trop jeune. Je n'étais partie du cocon familial qu'à quatre-vingt ans passé et j'avais quand même trouvé le monde extérieur destructeur, alors mon fils qui n'avait même pas la majorité… Ce n'était pas comme s'il était humain ! Il avait tout son temps pour faire carrière ! Être agent était très honorable mais ne pouvait-il pas s'occuper de ses études pour l'instant ? Il aurait encore plus de 400 ans devant lui pour travailler ensuite !

C'était mon seul sujet de conflit avec Kylian (car il ne pouvait pas devenir agent sans mon accord formel), et je réalisais bien vite ce jour là qu'il prenait une ampleur qui me dépassait. C'était dans ces moments là que je comprenais pourquoi même dans notre culture, il y avait deux parents pour éduquer un seul enfant. J'étais mère célibataire (j'avais eu mon enfant dans le cadre des feux de Beltane et le père n'avait pas revendiqué sa paternité sur Kylian – à mon grand soulagement sur le moment -), et là j'étais un peu dépassée. J'avais bien songé à demander à Quigg de lui parler, car Kylian trouvait mon coéquipier vampirique fascinant (je ne comprenais pas, mais soit), sauf que j'avais été trop orgueilleuse pour le faire… et voilà le résultat !!!

En rentrant chez moi, je trouvais mon biper sur la table alors qu'il aurait du être dans ma poche. J'y jetais un coup d'oeil incertain, voyant se profiler des ennuis… et je n'avais pas tord. Kylian me l'avait volé et avait visiblement lu une demande de mission que je devais effectuer seule, car elle était très simple. Il s'agissait seulement d'aller vérifier une ouverture accidentelle (donc illégal) entre les dimensions et de le fermer. Une mission tout à fait routinière… pour moi ! Pas pour mon benêt de fils ! Et je ne trouvais même pas dans mon transporteur les coordonnées du lieu vu que Kylian les avait déjà prise !

Morte d'inquiétude, je me téléportais à la Tour et montais après avoir montré précipitamment mon badge jusqu'au dernier étage. « Colonel ! Colonel ! » Appelais-je en tambourinant à la porte, peu soucieuse des conventions ! La porte s'ouvrit et je vis une femme brune déjà dans les lieux. Mais c'était le Colonel qui m'avait ouvert. « Monsieur ! Je suis désolée mais… Kylian ! Il a disparu ! Il a pris mon biper et… Et je ne sais pas où il est ! Dites moi où était cette mission ! Je vous en prie ! Il n'a jamais fermé de passage ! S'il était emporté vers une autre dimension, ce serait catastrophique et... » le Colonel Orwany me prit par les épaules et plongea ses yeux noisettes dans le bleu des miens. Cela calma aussitôt ma crise d'hystérie, ou tout au moins mon flot de parole, car mon cœur battait toujours très vite dans ma poitrine et je craignais de m'effondrer si des réponses ne me parvenait pas rapidement. Mon petit garçon était en danger, je devais absolument aller le sauver !

« Calmez-vous agent Greatstone. Je ne comprends rien à ce que vous nous dites. » Je prenais une profonde inspiration et répétais plus calmement (du moins essayais-je) : « Mon fils Kylian a volé mon biper et a pris toutes les informations sur ma mission pour s'y rendre à ma place. J'ai besoin du lieu pour aller le chercher car il n'a aucune expérience, cela pourrait être dangereux. » le Colonel me  lâcha et se rendit en quelques grands pas à son bureau, il chercha sur son ordinateur et imprima une feuille qu'il me tendit : « Voici les coordonnés. Agent Phreia, accompagnez-la en renfort. Nous finirons notre conversation une autre fois. » Je fis un salut militaire (inutile pour les agents, mais j'avais été soldat avant alors…) et je sortis sans vraiment attendre la femme brune que je reconnaissais maintenant pour être celle qui avait une dent contre mon équipier. Cela avait failli tourner au pugilat au Pays de l’Été, et si, sur le moment, ça m'avait beaucoup intéressé, j'avais dans l'immédiat mieux à faire. « Dépéchez-vous s'il vous plaît, mon fils est en danger ! » Ne pus-je m'empêcher de dire en courant jusqu'à un point de téléportation où je rentrais les coordonnés, pris le bras de ma compagne, et attendit que nous arrivions sur place, ce qui ne prit que quelques secondes.

Problème, je ne voyais pas de trace de Kylian, ni même d'un portail. « Bon sang… mais où peut-il être ?! » Je n'eus pas le loisir de répondre à cette question tout de suite car un monstre verdâtre et tentaculeux approchait, avec ce qui semblait être des intentions belliqueuses… voilà le problème des passages illégaux, on ne savait jamais ce qui allait en sortir… mais si mon fils avait été blessé par cette chose, elle se souviendrait du voyage ! Arme au poing, j'étais déjà prête à en découdre… reconnaissons-le, je n'étais pas de très bonne humeur. L'inquiétude ne me réussissait pas.

{929}


Cœur de Pierre?
I can’t go back to yesterday because I was a different person then.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 94
Couverture : Tavernière
Points : 132


MessageSujet: Re: [Défi] Disparition d'enfant !   Lun 21 Nov - 9:34

Lucy fulminait de toute la rage dont elle était capable, ce qui voulait dire qu’il ne valait mieux pas être dans les parages, après avoir vu des panneaux de signalisation particuliers dans son quartier.

En effet, elle revenait d’une entrevue avec un brasseur local, nouvellement installé. Le but du jeu avait été l’instauration d’une relation gagnant-gagnant dès le départ : lui en ayant une acheteuse déjà implantée et pouvant le renseigner sur les desiderata des consommateurs, et lui prenant un volume non négligeable de bière, et elle, de renouveler un peu sa carte en mettant en avant un artisan qui voulait travailler sérieusement. Elle espérait aussi ainsi marquer un point dans sa lutte contre la faillite que les affaires de Quigg lui amenaient, et peut-être en gagnerait-elle de meilleurs pourboires.

Aussi, quelle ne fut pas sa surprise, très désagréable mais était-il besoin de le préciser, de lire sur certains panneaux régulièrement disséminés sur le trottoir, des arrêtés de la mairie condamnant certaines rues quelques soirs, par sécurité suite à des événements de pyrotechnie… qu’un bar de ce maudit emplumé allait héberger ! Et comme par hasard, ces rues étaient des voies d’accès privilégiées à SON ÉTABLISSEMENT A ELLE ! Ses capitaux en fondraient comme neige au soleil !

C’était une énième goutte d’eau de trop dans le camion-citerne que Quigg lui remplissait. Elle téléphona à la tour et demanda une entrevue avec le colonel Orwany pour une urgence liée à sa couverture, rendez-vous qu’elle obtint, gribouilla nerveusement dans son agenda et préparerait soigneusement. Elle rassemblerait tous les papiers pour passer les sas de sécurité au plus vite, et aller droit à son interlocuteur.

Plus tard

Lucy était agitée, parée d’une élégante combinaison et d'une flamboyante fureur. Assise dans un fauteuil, jambes croisées, elle remuait le fond de martini que son verre contenait d’une rotation du poignet. Son supérieur lui avait proposé de boire un coup, sans doute pour cesser de la voir dans son imaginaire, creuser des tranchées dans le sol avec ses aller-retours rageurs.

« … Vous conviendrez colonel que tout précieux que vous soit cet… homme comme agent, il commet une faute professionnelle en mettant en péril mes propres affaires ! La tour a déjà pu bénéficier de mes services d’informatrice par le biais de ma clientèle que je bichonne ! Et cela n’a que trop duré !
_Mais les arrêtés que vous mentionnez sont on ne peut plus en règle, et ce n’est l’affaire que de quelques soirées… Vous devriez tenir vu les rapports d’activité que nous avons et je verrai ce que nous... »

Il ne put pas finir sa phrase. En effet, on martelait sa porte de coups, et une voix plaintive de l’autre côté réclamait instamment le colonel.
Ce dernier se leva, et alla ouvrir, révélant à Lucy une jeune femme qu’elle ne connaissait que de visu lors de ses précédentes missions. Elle s’excusait d’avance de son intervention invasive dans la conversation, qui avait eu le mérite de focaliser la harpie sur autre chose que son inimitié pour Quigg Certi, mais invoqua la disparition de son fils comme raison impérieuse.

Lucy prit un temps de réflexion. Elle ne connaissait pas son âge, mais aurait été mal placée pour donner des conseils d’une manière ou d’une autre sur l’éducation ou le pourquoi de la fuite du fiston qui voulait faire la mission de maman à sa place. S’étant personnellement engagée jeune, elle ne risquait pas d’aller brimer un gamin qui s’était engoué du travail d’agent.
Mais quand le colonel lui demanda d’assister la mère éplorée, Lucy écarquilla les yeux : ce n’était pas du tout prévu dans son planning ! Et il n’arborait pas une mine propice à la plaisanterie, loin de là. Quant à la femme morte d’inquiétude, n’en parlons pas, si cela était de la simulation, elle mériterait un grand prix d’art théâtral, de ceux que l’on réservait aux meilleurs acteurs.

Lucy vida son martini d’un trait, ce qui lui était une hérésie en soi, et se leva en grommelant un peu. Elle suivait cette femme qui l’enjoignait à se dépêcher, ce qui allait finir par user le peu de patience qu’il lui restait si cela s’éternisait, et sortit un téléphone portable pour laisser un bref message vocal à Daniel :

« Blondinet, tu te débrouilles comme tu veux pour infiltrer ma taverne au plus vite, rat, pigeon, serpent, mais je vais avoir besoin que tu me fasses parvenir au plus vite mon bagage de mission et surtout mon épée chérie ! Je t’envoie les coordonnées dès que je les ai. C’est une urgence merci. »

Elle avait à peine fini son texte que Lucia l’agrippa par le bras pour la téléportation qui devait les emmener auprès de Kylian.
Lucy ne savait pas ce qu’était l’instinct maternel, mais clairement, celui-ci se révélait gonflant pour l’entourage. Elle ne put même pas objecter qu’il fallait essayer de garder un minimum la tête froide, ce qui était comique vu les instants précédents à parler de son rival, que Lucia questionnait à haute voix, et qu’une espèce de pieuvre verdâtre venait les accueillir, et a priori, pas avec des câlins de bienvenue.

La métis grogna en sortant sa dague de poitrine, la seule arme blanche qu’elle possédait toujours sur elle :

« C’est malin, à partir au plus vite, je ne suis même pas armée comme il faut ! Je peux au mieux te défendre et te soigner, mais je n’ai que ça pour attaquer ! »

Et elle brandit sa petite lame.

« Je ne sais pas ce que c’est que d’être une maman, mais là, je n’en ai définitivement pas envie tellement ça rend dingo ! »

Les ailes de Lucy se matérialisèrent, arborant un plumage d’un bleu tirant sur le gris, prêtes à l’envoyer rencontrer cet agresseur.

« Mon gars, je sais pas du tout ce que t’es, mais tu vas comprendre que tu es tombé au mauvais endroit à un TRES mauvais moment ! »

Disons le franchement, Lucy allait harceler cette créature comme elle le pouvait et passer ses nerfs dessus. Et elle fonça à sa rencontre, avec l’intention de taillader ses tentacules autant qu’elle le pouvait avec sa dague.

Et souffler dans les bronches du gamin ne la consolerait même pas, puisqu’elle avait déjà de l’indulgence pour lui ! Vous parliez d’une sale journée !

(1004 mots)


"On peut vaincre avec une épée et être vaincu par un baiser."©Daniel Heinsius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 177
Couverture : Artiste peintre.
Points : 306


Plus d'informations
F A C E C L A I M : Natalie Dormer
R E L A T I O N S :

MessageSujet: Re: [Défi] Disparition d'enfant !   Dim 4 Déc - 10:05

« Ne vous inquiétez pas, ce monstre ne nous posera pas de soucis longtemps. » Quant à être mère, je n'étais pas sûre que ce soit mon seul problème. Le caractère de cochon de Kylian n'aidait pas. Quel autre adolescent volait le biper de sa mère pour aller en mission à sa place ?! « Le problème n'est pas d'être mère mais que mon adolescent décide de me faire sa crise en volant mon biper. » Prise dans mon anxiété et dans ma colère, je tirais sur la créature avec mes armes, des deux mains, vidant mes premiers chargeurs. Le fait était que la créature était un peu molle et que ça ne donnait pas grand-chose, mais le bruit me défoulait : disons que c'était une sorte de catharsis. Comme je n'avais pas que ça à faire pour autant, je prenais un poignard à la place d'un de mes pistolets. Trancher dans le vif du sujet, ça paraissait plus efficace et malgré les esquives de l'ennemi, je réussis à le blesser de la même manière que le faisait Lucy, prouvant ainsi ma théorie.

« Vous croyez que cette chose a des yeux ? Parce que si je pouvais le transformer en pierre, nous gagnerions du temps. » Quant à Kylian, quand j'aurais mis la main dessus, s'il était en bonne santé, il allait être puni jusqu'à la fin de ses jours. Mon fils savait se battre mais il n'avait pas d'armes à lui, et son pouvoir n'était pas particulièrement offensif puisqu'il était un démon des illusions.

Je n'étais pas complètement stupide et mon désir de le protéger ne me rendait pas complètement aveugle. Je réalisais que Kylian avait passé, lui aussi, des années enfermé avec moi. Presque toute sa vie finalement, car ça ne faisait pas si longtemps que nous étions sortis. Il avait quelque chose à se prouver et il avait besoin de dépenser toute cette énergie qu'il avait été obligé de contenir en grandissant avec une mère prisonnière d'un temple. Peut-être que j'aurais du avoir une conversation avec lui qui plus posée, pour éviter qu'il ne fasse ça, qu'il ne décide de me prouver qu'il en était capable alors que… et bien… ce n'était pas le cas ! Pas dans ces conditions en tout cas ! Cela demandait de l'entraînement et il n'avait jamais fermé un portail dimensionnel de sa vie ! Il n'en avait même jamais vu puisque le seul portail qu'il ait jamais passé était celui qui, en interne à la dimension, nous avait permis de passer du Pays de l'été à Comynerin.

Pendant que je me battais toujours, je réalisais que… et bien… ma camarade volait ! Cela devrait, en théorie, nous rendre les recherches plus simples une fois cette bestiole sortie d'on ne sait où mise hors d'état de nuire. A ce propos : « Pensez-vous que nous devons la tuer ou la laisser en vie ? » Demandai-je simplement alors que j'esquivais un coup qui m'aurait envoyé valser à plusieurs mètres si je me l'était pris de plein fouet. Maintenant qu'elles étaient en plein combat, c'était une question qui se posait, car sur Emeraudia ils étaient assez à cheval sur la tolérance et, surtout, le pacifisme. Moins dans leur métier, forcément, toutefois, ce n'était pas pour rien que j'avais passé autant de temps enfermé : la violence n'était pas très appréciée (alors que, pourtant, Quartz ou encore Cristale étaient des démons de race violente quand on y pensait).

Tout ça était très embrouillé : Kylian avait disparu, le portail était toujours ouvert, on se faisait attaquer par une sale bestiole, et Khardan m'avait, certes, filé un peu d'aide mais elle n'avait pas ses armes. Je l'avais entendu demander à quelqu'un de les lui amener, seulement, elles n'étaient toujours pas là. Peut-être que le fameux « blondinet » en question allait arriver et que ça allait tout d'un coup faire pencher la balance en leur faveur. Je voulais absolument retrouver Kylian au plus vite, et avant de fermer le portail – on ne sait jamais, qu'il soit tombé dedans -, toutefois avoir un ennemi à affronter nous ralentissait dans cette tâche… bien que, pour être honnête, ça avait quand même un côté défouloir qui aiderait sûrement Kylian quand je lui mettrai la main dessus.

{710}


Cœur de Pierre?
I can’t go back to yesterday because I was a different person then.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 94
Couverture : Tavernière
Points : 132


MessageSujet: Re: [Défi] Disparition d'enfant !   Mer 18 Jan - 13:51

« Crise d’ado’, crise d’ado’… Ça aussi, ce n’est pas pour m’encourager à être mère. » grogna Lucy entre ses dents en essayant de taillader la « chair », si tant était que l’on pût appeler cette chose gélatineuse de la chair, de leur hostile adversaire.

Elle avait bien vu Lucia truffer le monstre de balles, dans un vacarme sans doute symphonique pour qui aimait bien ces armes, mais qui avaient l’air, tout au plus, de lui donner un aspect gustatif du métal, avant de passer à une lame d’un peu plus gros calibre que la sienne.

Peut-être que cette guimauve mouvante finirait par mourir d’ennui à force qu’elles s’usent contre lui ?

Et quand sa partenaire de fortune lui demanda si cette créature possédait des yeux, elle trouva juste à répliquer :

« S’il y en a, c’est profondément enfoncé dans leurs orbites ! »

Pour le coup, elle rêvait de cocktails molotov, à défaut de trouver pour l’instant, un angle efficace pour trancher la question de la présence ou non des yeux.
Son téléphone se mit à sonner dans tous les sens, et une voix électronique finit par en jaillir :

« Vous avez un nouveau message de Daniel. Dites « gagabouille » pour lancer la lecture sur haut-parleur.
_Je vais crever ces plaisantins du département des recherches technologiques… » pensa-t-elle furibonde. « gagabouille » lâcha-t-elle dans un souffle et à contrecœur.

La voix synthétique reprit :

_Lucy, je fais ce que je peux. Ton équipement arrivera après un instant passé dans le sas de téléportation : protocole m’a-t-on dit. J’ai une vache sur le point de vêler, je retourne auprès d’elle. Le robot a ses limites. Bonne chance.

On put entendre un petit déclic :

_NON MAIS T’ES VRAIMENT SERIEUX LA !? » éructa-t-elle.

Emeraudia jouissait de technologies avancées, et ce fou de hippie préférait rester auprès de sa vache gestante, plutôt que de les rejoindre pour leur donner un coup de main, ou au moins vérifier qu’elles n’avaient pas besoin d’aide ??! C’était un projet si pharaonique qu’il ne pouvait vraiment pas confier à une intelligence artificielle ??! Ils lui avaient dit quoi à la tour ??! Ils avaient juste pris l’adresse du destinataire du colis ? Les PPT du futur c’était ça ? Sortis de leurs recherches protéomiques ou philosophiques, ils perdaient tout bon sens ?

Elle aurait foncé tête baissée dans l’ennemi pour évacuer, mais elle eut la présence d’esprit de se souvenir du sort des munitions de Lucia pour ne pas avoir envie de finir engluée.

Et Lucia lui demanda son avis quant au sort de la bestiole.

« Si ce truc semblait douée de raison ou de communication, j’aurais tenté de le laisser en vie pour soutirer des infos. Mais là, il attaque le premier sans sommation, et nous avons des nerfs à détendre…

Elle marqua une pause.

_Permis de tuer, conclut-elle.

Elle se repositionna dans les airs, à distance respectable de l’adversaire, et son regard était aussi déterminé que le ton de ses paroles :

_Présentement, je ne sers à rien ou presque offensivement. Je serai donc au mieux ta couverture.

Elle frappa dans ses mains, une lueur commença à en émaner.

_Si cette chose veut te toucher, elle devra me passer sur le corps, et ça risque d’être compliqué. »

Elle atterrit près de Lucia, et conçut une barrière énergétique devant elles deux, ce qui devait arrêter les projectiles physiques ou magiques, ou au pire, les atténuer, voire les dévier. Et pour une fois que ses pensées n’étaient pas parasitées par les manœuvres déloyales de Quigg Certi, cette compétence lui sembla marcher à merveille.

« Je peux me déplacer avec toi de concert, et lever la protection le temps que tu portes ton coup si tu veux rester au corps à corps. Je ne te cache pas que je préfèrerais taper avec toi, mais je suis aussi efficace qu’un emplâtre sur une jambe de bois en l’état pour l’instant, avec une dague de poitrine juste bonne pour ouvrir des noix. »

La voix synthétique du téléphone se manifesta à nouveau, mais juste après un petit air musical digne d’émissions de divertissement. Le ton manquait de la souplesse que pouvait avoir celle d’un être humain, et trahissait sa nature de message préenregistré, mais Lucia pouvait parfaitement discerner les paroles qui étaient destinées à la colérique métis :

« Vous avez un colis en cours d’acheminement. Il arrivera auprès de vous d’ici quinze minutes. Merci d’avoir choisi le bureau des recherches technologiques de Comynerin !
_Vous ne serez plus en état de rechercher grand-chose quand je vous aurai mis la main dessus… grommela Lucy. C’est quoi ce département à la gomme ? Je n’ai pas bénéficié de la procédure d’urgence !!? Et c’est quoi ici pour eux ? une annexe de colonie de vacances pour adolescents turbulents ?

Rassérénant sa propre voix, elle ajouta pour Lucia :

_Dans quinze minutes, je pourrai découper de la gelée avec toi, et avec un peu de chance, j’aurais même, au moins, des petites charges explosives dans le paquet cadeau, de celles que l’on a pour les explorations de terrain en cas d’éboulements par exemple… Surtout s’ils ont vérifié le contenu et excusé leur temps de transfert pour compléter mon sac dans ce sens-là… Autrement…

Elle marqua une pause, avalant goulument l’air autour d’elle pour tenter de se calmer encore plus, et de se reconcentrer sur le combat.

_ … Autrement je peux te jurer, que si je ne passe pas mes nerfs sur un adversaire ici, je risque de faire un malheur sur les scientifiques de la Tour, malgré tout le respect que je dois à Quartz et Cordelia, voire sur Daniel en prime ! Stagiaires, enseignants-chercheurs, doctorants, tout le monde en prendra pour son grade ! Plus de raisonnements holistiques, plus de formules cabalistiques, juste de la survie !

Après une dernière vérification sur ce qu’elle venait de préparer, elle arbora un sourire carnassier, et invita Lucia à reprendre le combat sur ces propos, la situation et son exaspération lui faisant oublier définitivement toute convention ou notion de vouvoiement de rigueur avec une inconnue :

_Maintenant princesse, si vous voulez bien ouvrir le bal, je danserai sur vos pas. »

(1036 mots)


"On peut vaincre avec une épée et être vaincu par un baiser."©Daniel Heinsius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Défi] Disparition d'enfant !   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Défi] Disparition d'enfant !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Mission de rang C ] La disparition des enfants (Pv Samui Natsumi)
» Disparition, inquiétude et retrouvailles...[PV Heïan]
» L'enfant et le mur. (acrylique 41cm X 51cm)
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Emeraudia :: Savoir :: A l'intérieur des terres-
Sauter vers: