AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au printemps de ma vie [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



Messages : 118
Couverture : étudiante
Points : 172


MessageSujet: Au printemps de ma vie [PV]   Lun 25 Avr - 13:19

Au printemps de ma vie
Sithmaith & Archibald
Le printemps maladif a chassé tristement L'hiver, saison de l'art serein, l'hiver lucide, Et, dans mon être à qui le sang morne préside L'impuissance s'étire en un long bâillement.


« Badge d'agent, carte d'identité, montre spéciale… Non, mais, tu ne trouves pas que ça fait beaucoup pour une seule personne ? » Sithmaith avait enfin eu tout son matériel définitif ainsi que ses papiers en tant que résidente de Savoir. Elle avait aussi les papiers d'Obsilone car la fée qui l'accompagnait partout était bien trop petite pour porter tout ces trucs qui étaient aussi grands qu'elles. La fée était perchée sur son épaule et elle regardait les différents objets que Sithmaith avaient entre les mains. « Il y a beaucoup d'humains dans ce pays, les humains aiment les identifications. Ils donnent des noms à tout et ils se sentent obligés de le prouver. » Sith' fronça les sourcils, perplexe, comme souvent depuis qu'elle avait quitté sa cage. « Mais… je suis humaine moi aussi, non ? » Obsilone lui tira les cheveux, provoquant un petit aïe de protestation. « Tu as été élevée par des fées, et des vrais, tu n'es pas une banale humaine vulgaire et superficielle ! 
- Tu m'as fait mal et... » On ne saura jamais ce qu'elle allait répondre à Obsilone – de toute manière, au jeu de la joute verbale, elle perdait presque toujours, car elle rentra dans quelqu'un. Aussitôt, Obsilone se planqua dans sa longue chevelure – blonde pour l'heure – prenant l'apparence d'une fleur.

« Oups, pardon, je parlais à Obsilone et je ne faisais pas attention à où j'allais. » Comme au passage, elle avait renversé la moitié de ce qu'elle tenait, elle se baissa pour ramasser, mais en essayant d'aller vite, elle ne faisait qu'à chaque fois en refaire tomber une partie. « Et mince… » râla-t-elle alors qu'elle réussissait enfin à tout récupérer et à se relever. Elle s'aperçut alors que le visage de l'homme en face d'elle lui était légèrement familier.

« Oh ! Vous êtes un agent ! Nous avons fait la drôle de mission au Pays de l'été ensemble ! » Elle ne connaissait pas du tout son nom, ni son pouvoir, ni même sa race – Sith' n'avait pas de moyen de connaître la nature des gens en face d'elle, sauf si Obsilone le lui disait, or pour l'instant, elle était trop occupée à jouer à la fleur -. Elle savait juste qu'elle l'avait aperçu précédemment lors de sa toute première mission. Toujours souriante et avenante, elle adressa un grand sourire à son interlocuteur mais elle évita de lui tendre la main. Elle avait appris récemment que c'était la manière dont on se saluait chez les humains, mais là, elle avait un peu trop les mains prises et elle ne tenait à tout remettre par terre une deuxième (ou troisième) fois.

« Je suis Sithmaith ! Je suis nouvelle ici ! En fait, je suis nouvelle sur Emeraudia ! On vient de me donner tout un tas de trucs et de bidules, c'est à peine si je sais à quoi ça sert ! » Et elle rit, parce que Sithmaith était quelqu'un de naturellement plutôt joyeux, voire naïf. Bien sûr, ça, c'était quand elle ne repensait pas trop aux tortures qu'elle avait enduré toute sa vie jusqu'à récemment, mais en général, elle y arrivait assez bien. Parce qu'elle n'était pas seule, elle avait Obsilone avec elle. Pour appuyer ses propos, elle désigna du menton la montre de téléportation et de rangement qui était sur le dessus de sa pile. Elle n'avait jamais eu de montre quand elle était en cage, alors une qui servait à tant de choses… elle ne voyait pas du coup comment elle allait réussir à apprendre à tout utiliser sans qu'Obsilone la guide (car pour l'instant c'était ce qui se passait, Obsilone lui disait quoi faire dans presque toutes les situations et avec tout matériel). Elle avait l'impression de retomber en enfance… sauf qu'elle avait beaucoup plus d'espace à sa disposition qu'à l'époque. Ce qui ne l'aidait pas à se sentir moins perdu remarquez !


Sithmaith Erin Weston.
J'ai de l'amour plein la tête, Des envies éternellement, Et regarde si tu es prête... Comme le monde est grand.
Laisse le passé où il est, Il faut aimer maintenant. Tu verras si rien ne t'arrête... Comme le monde est grand - Paix Blanche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age : 28
Messages : 874
Couverture : Maître-nageur
Points : 1118


Plus d'informations
F A C E C L A I M : Chris Hemsworth
R E L A T I O N S :

MessageSujet: Re: Au printemps de ma vie [PV]   Mar 26 Avr - 7:00

Archibald Grant venait de terminer sa journée quand il plia brusquement bagage et décida que son bureau lui était devenu beaucoup trop familier. L'humain prit le chemin le plus succinct afin de fuir son train-train quotidien avant le lendemain matin. L'ordinateur, là, il n'en pouvait plus. Taper des rapports de mission et s'occuper de toutes les paperasses administratives relatives à son rôle, ce n'était pas pour lui : il n'avait pas été engagé pour ça et la question demeurait donc toujours : Pourquoi avait-il vraiment été engagé ?. Son cartable plié, Archibald prit la direction de l'ascenceur et appuya sur le bouton Ça, ça va, il maîtrise.

Perdu dans ses pensées, le jeune métis entra dans l'ascenceur et prit la direction du Rez-de-Chaussée, étage de la porte principale de l'agence. Quand il sortit de l'ascenceur, regardant droit devant lui, il ne prit pas garde à la demoiselle qui – distraitement – arrivait de côté sans regarder sa route. La collision bien que non violente, fut inévitable.

« Oh pardon. Excusez-moi. »

Sans attendre Archi posa son cartable et aida la jeune femme blonde à tout ramasser. Bien qu'il sache qu'il avait regardé devant lui en marchant, il s'en voulait un peu de la collision qui avait eut lieu. L'humain était assez grand, assez costaud et même s'il n'y était pour rien, le choc et la chute n'avaient pas dû être agréable pour la jeune femme, plus menue que lui (et on le lui souhaite).

Comme justification l'agent blonde (oui parce qu'a priori si elle était là c'était qu'elle était agent) lui lança qu'elle ne l'avait pas vu parce qu'elle parlait à Opsilone. Obsilicone ? Obsilone peut être ? En tout cas, Archibald ne voyait aucun téléphone allumé et le couloir était désespérément désert à cette heure de la journée. Trop intrigué pour être poli, Archi lança, malgré lui :

« Vous... Vous parliez à qui ? »

A peine Archibald eut lancé sa question qu'il la regretta. Ce n'était pas forcément très poli et on l'avait habitué à mieux. Fort heureusement l'agent de s'en formalisa pas et le reconnut même, puisqu'elle l'avait vu à la précédente mission.

« Oui, effectivement ! »

Lança t-il, ravi. Archi avait été très absorbé par ses problèmes de pouvoirs au moment de la mission que très franchement, il n'avait pas prit la peine de se tourner pour noter les agents de la Tour Bleue présents.

« Archibald. »

Répondit-il à sa présenta, comme si ça suffisait. Ça suffirait, après tout elle aussi elle ne lui avait donné que son prénom. Les chichis n'étaient pas toujours nécessaires, surtout entre agents novices. Ce qu'elle semblait manifestement être, tout comme lui (et même encore plus que lui).

« Je suis un peu nouveau aussi. Enfin, j'ai quelques semaines d'école, dira t-on ! »

Et il n'en était pas peu fier ! Maintenant il pouvait se rendre à son bureau sans utiliser de plan !

« Vous voulez un petit coup de main ? »

S'enquit-il, puisque lui aussi avait passé une sale période pour comprendre comment téléporteurs et gadgets marchaient. Il avait quelques minutes à perdre pour aider un nouvel agent, quand même. Tant que ce n'était pas dans les bureaux !


Archibald Marius Grant
Quand tu es heureux, regarde au plus profond de toi. Tu verras que seul ce qui t’apporte de la peine, t’apporte aussi de la joie. Quand tu es triste, regarde à nouveau dans ton cœur, et tu verras que tu pleures ce qui te rendait heureux..- emeraudia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 118
Couverture : étudiante
Points : 172


MessageSujet: Re: Au printemps de ma vie [PV]   Lun 16 Mai - 11:35

Pendant que Sithmaith ramassait comme elle le pouvait ses affaires et que l'homme dans lequel elle était rentré l'aidait aimablement, il en vint à lui demander à qui elle parlait. Elle réalisa alors que ce n'était pas d'une évidence frappante pour ceux qui ne la connaissait pas, mais elle n'était pas à la Tour depuis longtemps (ni sur Emeraudia tout court) et elle avait principalement parlé à des gens qui savaient qui elle était et d'où elle venait (ce qui était assez ironique en soit, car elle-même ne connaissait pas le nom de la dimension où elle avait été retenu prisonnière toute sa vie). Il n'y avait eu que lors de la mission qu'elle avait croisé des collègues, mais en l'occurrence pas celui-ci, ou en tout cas, pas de près.

« Obsilone. C'est une fée… heu, une vraie fée, hein, pas une fée démoniaque ! On m'a dit que ça existait ici, mais Obsilone ne leur ressemble pas du tout ! C'est plus une fée comme heu… vous connaissez Peter Pan, le livre terrien ? Et bien c'est plus une fée dans le genre de la fée Clochette. D'ailleurs si tu voulais bien te montrer Obsilone, ce n'est pas très poli de te cacher alors qu'on parle de toi... » C'est alors que la soit-disant fleur dans les cheveux de la jeune femme se transforma pour dévoiler la véritable apparence d'Obsilone : une fée aux ailes délicates, d'une teinte variant entre le rose et le violet, vêtue d'une robe longue et ample blanche, et qui, posée sur l'épaule de Sithmaith, lui arrivait à peu près à la joue. Les cheveux d'Obsilone étaient bruns et tombaient en cascade sur ses épaules en vagues ondulées. Sa peau, d'une blancheur de porcelaine, était de la même teinte que celle de Sithmaith et sa main, sur le visage de la jeune femme, se confondait presque avec la couleur des joues de la blonde.

« Ne me compare pas à cette caricature de fée petite effrontée. » Répondit sèchement Obsilone en battant des ailes nerveusement, elle n'aimait pas parler aux autres agents, c'était pour ça qu'en général elle prenait la forme d'une fleur dans les cheveux de sa protégée.

Et elle ne parla pas pendant les présentations, toutefois, quand Archibald proposa son aide, Obsilone le darda d'un regard noir (on précisera à ce propos qu'Obsilone a les yeux violet foncé). « Sith' n'a pas besoin de votre aide, mortel. » Sith' resta un moment interdite, le temps de réfléchir à quoi faire. « Obsilone !!!! Tu es malpolie ! Déjà que tu ne t'es pas présentée correctement ! Présente tes excuses à Archibald, immédiatement ! » Il était très rare que ce soit Sithmaith qui donne des ordres à Obsilone, celle-ci étant comme sa mère, c'était plus souvent l'inverse qui se passait, mais elle ne pouvait pas laisser passer un tel comportement. Elles n'arriveraient jamais à avoir de bonnes relations avec les autres si Obsilone était incorrecte avec tous ceux à qui elles parlaient !

« Soit. Je suis Obsilone, la mère adoptive de Sithmaith. Voilà pour les présentations. Quant aux excuses, je les présenterai quand je le jugerai utile. En attendant, je rentre chez nous, débrouille-toi avec ce mortel pour trouver ton chemin Sith', tu verras qu'ils ne valent pas mieux que le docteur Hero tous autant qu'ils sont. » Sur quoi, elle vola et disparut rapidement de leur champ de vision. Sithmaith resta tête baissée un instant puis releva la tête avec un grand sourire un peu gêné destiné à Archibald. « Je vous demande pardon pour elle, elle n'est pas sur Emeraudia par choix alors elle est un peu aigrie. Ce qui n'excuse pas son comportement mais… hum... » A ce moment là, ses affaires tombèrent encore une fois et cette fois-ci sa nouvelle montre se fissura. Elle soupira…

« Mais si vous pouviez ne pas lui en tenir rigueur et m'aider en dépit de son comportement, je vous en serais vraiment reconnaissante. » Elle sourit à nouveau, de sa propre maladresse cette fois. Et comme de toute évidence, elle n'arrivait pas à tout porter, elle s'agenouilla, posa une grande partie du tout et ne prit que sa montre dans une main, tendit qu'elle traçait des runes de l'autre. « Réparation » Murmura-t-elle. Aussitôt, la montre reprit son aspect initial tandis que ses cheveux avaient viré au roux.

Ensuite, elle reposa son regard clair et bienveillant sur Archibald. Il fallait plus qu'une crise d'Obsilone pour entamer sa bonne humeur (même si elle était un peu gênée vis à vis d'Archibald, évidemment). « Vous disiez que vous n'étiez pas là depuis longtemps ? En tant qu'agent vous voulez dire ou en tant qu'Emeraudien ? Moi c'est les deux, je ne suis pas de cette dimension. Absolument tout est nouveau. Heureusement, Obsilone a déjà été ici dans le passé. Mais c'était il y a un bon gros siècle, alors même pour elle, c'est parfois compliqué. » Sans oublier son problème de taille, mais mieux valait ne pas en parler à Archibald vu qu'elle ne savait pas encore comment il allait réagir au manque de politesse de celle qui s'était, à juste titre, présenté comme sa mère adoptive.


Sithmaith Erin Weston.
J'ai de l'amour plein la tête, Des envies éternellement, Et regarde si tu es prête... Comme le monde est grand.
Laisse le passé où il est, Il faut aimer maintenant. Tu verras si rien ne t'arrête... Comme le monde est grand - Paix Blanche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age : 28
Messages : 874
Couverture : Maître-nageur
Points : 1118


Plus d'informations
F A C E C L A I M : Chris Hemsworth
R E L A T I O N S :

MessageSujet: Re: Au printemps de ma vie [PV]   Lun 4 Juil - 10:09

Pour expliquer qui était Obsilone, l'inconnue invisible du couloir, la jeune agent Sithmaith se lança dans une longue explication qu'Archi fut forcé d'écouter attentivement pour tout comprendre.

« Euh oui... » Fut sa réponse à la question sur Peter Pan.

Clochette, tout le monde connaissait, il était terrien merci pour lui. Mais elle insinuait là que des fées comme celle de Peter Pan existaient ? Et elles étaient invisibles ? Emeraudia était décidément une dimension tout à fait incroyable, on ne lui aurait rien épargné !

Et les petites fées n'étaient apparement pas toutes livrées avec un caractère aimable et léger, aussi. A peine la fleur dans les cheveux de l'agent s'était transformée en fée (elle n'était donc pas invisible, juste très forte à cache-cache) que la dite créature lança à Archi, d'un ton plutôt virulent, que personne n'avait besoin de lui. Certes... il en avait bien conscience, mais il y'avait des façons de le dire.

« Ne vous inquiétez pas j'ai l'habitude. »

Des caractères, Archibald en avait croisé et supporté de toutes sortes. Quand on était pompier, on ne tombait pas toujours sur la petite mamie agréable qui vous noyait de compliments. Bien souvent, il fallait faire avec des caractères effrontés, impolis, discourtois et parfois même agressifs. Ça le choqua un petit peu parce qu'il n'y était pas spécialement préparé, mais il était loin de s'en formaliser (surtout qu'il sentait que bien que la fée soit proche de sa 'propriétaire', elles étaient loin de se ressembler. Ça se voyait sur elle).

Archibald sourit pour montrer qu'il n'était pas contrarié mais préparait déjà un plan pour écraser innocemment la bête d'un revers de main contre un mur et aida l'agent à ramasser les affaires restées au sol.

« Les deux, moi aussi. Je suis arrivé de la Terre l'année dernière et je suis agent depuis seulement quelques mois. Vous venez d'où ? Je ne connais pas trop les dimensions parallèlles en revanche, bien que je connaisse leur existance. »

Archi avait potassé son sujet, du coup. La tour avait des ordis suffisament performants pour renseigner un max d'informations, et l'agent ne s'en était pas privé. Déjà il avait glanné des infos sur Emeraudia elle-même, sa géographie, ses habitants, les Inyas, etc... Puis il avait un peu regardé les infos sur les dimensions parallèlles (enfin surtout la Terre en fait, qui semblait THE dimension parallèlle à Emeraudia par essence), un petit peu. Il pouvait donc connaître.

« C'est un accident ou intentionel ? »

Archibald était bien concient que tous ceux qui arrivaient sur Emeraudia ne le faisaient pas par choix, comme lui. Certains empruntaient des portails sans faire exprès et se retrouvaient bloqués ensuite. Bref, ça pouvait très bien être un coup du sort comme une volonté profonde et les révélations de Sithmaith ne lui permettait pas d'en juger.

Jaugeant le couloir toujours désert, Archi se releva une fois que toutes les affaires furent ramassées et tourna son corps légèrement vers la porte pour laisser entendre à la jeune femme qu'ils pouvaient continuer leur discussion dehors. Mais il écoutait toujours sa réponse.


Archibald Marius Grant
Quand tu es heureux, regarde au plus profond de toi. Tu verras que seul ce qui t’apporte de la peine, t’apporte aussi de la joie. Quand tu es triste, regarde à nouveau dans ton cœur, et tu verras que tu pleures ce qui te rendait heureux..- emeraudia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 118
Couverture : étudiante
Points : 172


MessageSujet: Re: Au printemps de ma vie [PV]   Lun 25 Juil - 12:26

En réalité, Obsilone était assez proche de la fée Clochette, non seulement par son aspect (bien que les couleurs diffèrent) mais aussi par son caractère. Contrairement à une vision idéalisée véhiculée par les dessins animés, Clochette était loin d'être un personnage de fiction aimable et bienveillant. Elle avait essayé de tuer Wendy tout de même ! (Enfin, techniquement, elle avait essayé de la faire tuer mais on admettra que le résultat escompté était le même) Sithmaith ne pensait pas qu'Obsilone tuerait par simple jalousie, toutefois, elle n'aimait clairement pas les étrangers et elle était assez possessive. Sith' était sa protégée. Ce qui ne dérangeait la jeune femme qui n'avait jamais connu que les fées avant son arrivée sur Emeraudia. Il y avait bien eu le docteur Héro aussi, mais on ne pouvait pas dire qu'il lui avait laissé un très bon souvenir. Et que ce soit Obsilone ou Clochette, les fées avaient en commun avec toutes les races d'avoir du bon grain et de l'ivraie. Toutes les fées n'étaient pas aussi caractérielles qu'Obsilone, de même que toutes n'étaient pas aussi loyales… Sithmaith en savait quelque chose !

« C'est gentil à vous. » Dit-elle en souriant lorsque Archibald lui dit de ne pas s'inquiéter pour le comportement de son amie. Sithmaith continuait à se demander si elle allait réussir à s'intégrer à la Tour alors qu'Obsilone envoyait balader tout le monde en permanence !!!

Le sujet dérivant sur leur dimension d'origine, Sithmaith réalisa qu'elle ne connaissait pas le nom exact de l'endroit où elle avait été retenue pendant longtemps (toute sa vie quasiment en fait). « Oh et bien… je suis née sur Terre, mais j'ai grandi enfermée avec des fées dans une dimension désertique mais en fait je ne connais pas son nom. J'ai été récemment sauvée par les agents d'Emeraudia – ceux de Tolerancia – et ensuite on m'a transféré ici pour que je devienne agent. Les fées sont pour la plupart rentrée dans leur dimension, sauf Obsilone qui m'a suivie ici… » On ne lui avait pas proposé de rentrer sur Terre, et elle savait pourquoi. Chez les humains terriens, les connaissances de la magie était extrêmement rare, celle des autres dimensions encore plus, alors la renvoyer chez elle avec son pouvoir mystérieux était strictement hors de question. Cela ne dérangeait pas beaucoup Sith'. Obsilone s'était présentée comme sa mère et ce n'était pas faux, elle et les autres fées (les sympas du moins) l'avaient élevée, elle n'avait aucun souvenir d'une autre famille. Et elle aurait bien suivi les fées dans leur dimension si ça avait été possible, mais ils n'acceptaient pas les humains là-bas.

Pour en revenir au sujet principal, donc, elle répondit à la question finale d'Archibald : « Du coup on peut dire que c'est intentionnel… je ne regrette pas la captivité… même si tout ce changement donne le tournis. Et vous ? C'était exprès ?» Dit-elle avec bonne humeur (malgré la gravité de ses paroles) tout en suivant Archibald vers la sortie, une partie de ses affaires dans les bras.

« Tout ces trucs … » Commença-t-elle au bout de quelques instants. « Est-ce qu'ils vont vraiment me servir en mission ? On m'a même demandé si je ne voulais apprendre à utiliser des armes autres que mon poing américain… Mais franchement ça ne me tente pas, je n'aime pas beaucoup me battre. Vous savez si beaucoup de missions sont des missions de combat ? » Elle serait sur le terrain bientôt alors elle était curieuse, même si elle savait qu'elle aurait toujours Obsilone pour l'aider et la protéger. Comme elle avait utilisé sa magie pour réparer la montre, elle avait maintenant les cheveux roux et comme ils n'étaient pas bien attachés, ils la gênaient pour voir Archibald tout en marchant. Mécaniquement, elle soufflait pour faire se soulever ses mèches, même si ça n'avait pas beaucoup d'effet… et que ça lui donnait un air un peu enfantin… qui finalement ne faisait que correspondre à une certaine réalité. Sithmaith était coutumière de beaucoup de choses (la torture, entre autre), mais pas de la société.


Sithmaith Erin Weston.
J'ai de l'amour plein la tête, Des envies éternellement, Et regarde si tu es prête... Comme le monde est grand.
Laisse le passé où il est, Il faut aimer maintenant. Tu verras si rien ne t'arrête... Comme le monde est grand - Paix Blanche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Age : 28
Messages : 874
Couverture : Maître-nageur
Points : 1118


Plus d'informations
F A C E C L A I M : Chris Hemsworth
R E L A T I O N S :

MessageSujet: Re: Au printemps de ma vie [PV]   Lun 5 Sep - 8:16

Une fois les affaires toutes ramassées, les deux agents se retrouvèrent à discuter à l'extérieur de la tour. Et le moins que l'on puisse dire, c'était que l'agent Sithmaith avait des choses à dire ! On était loin de l'Archibald du début, qui ne parlait qu'à de très extrêmes conditions et qui préférait rester secret plutôt que passer pour le dernier des débiles. Il avait dû parfois, paraître très peu à l'aise, à son arrivée il ne connaissait rien d'Emeraudia, mais rien de rien.

« Enfermée ? Vous étiez retenu par qui ? »

Dans sa tête, l'enfermement de Sithmaith n'était pas aussi long qu'il ne l'était en réalité. Archi s'imaginait d'avantage une séquestration de quelques semaines, par un groupe de terroristes ou par un gang voulant marchander avec une des tours. Jamais il n'aurait pu imaginer ce qui était vraiment arrivé à la belle blonde.

« Combien de temps avez-vous été captive ? Vous en parlez comme si ça avait duré des années... »

Déjà, rien que le mot 'captivité' donnait l'impression à Archi que la nouvelle agent avait été, à la limite, élevée là-bas comme un serpent en cage. Peut être que le temps avait du lui paraitre loin, mais ça devait souvent être le cas quand on était pris en otage sur une longue durée. Quelques jours coupés du monde vous semblaient être une éternité, Archi le savait ! Il ne voulait dans tous les cas pas juger la jeune femme, ce qu'elle avait vécu devait relever de l'enfer, il s'en doutait bien.

« Je pense que ça sert, oui. Ma première mission était une mission de combat, et je m'en rappelle encore. Je suis comme vous – "vous", on peut se tutoyer d'ailleurs si tu veux ? – je suis un grand novice en combat, j'ai du prendre des cours. Ce n'est pas automatique quand on vient sur Emeraudia, mais ça le devient très rapidement, tu verras. Tu as un pouvoir ou quelque chose qui te permet de te battre ou de te défendre ? »

Archi n'aurait pas cru poser cette question une fois dans sa vie, mais il venait bel et bien de demander si son interlocutrice avait un pouvoir. Si on l'avait filmé et qu'il avait vu ça quand il était sur terre, c'était clair qu'il n'en serait pas revenu.

Mais la question était vitale, pour lui, si on avait un pouvoir offensif ou même défensif ou si on n'en avait pas, ça changeait beaucoup de chose sur le plan d'une éventuelle formation au combat. Quelqu'un qui avait le don de télékinésie, ou même d'hypervitesse ou d'électrocution avait moins besoin d'apprendre à se battre au corps à corps que quelqu'un qui ne possédait aucun capacité spéciale et cligner des yeux rapidemment pour séduire n'était pas une capacité spéciale.

Ce qui était certain que Sithmaith avait tapé dans l'oeil d'Archibald. Pas parce qu'elle avait une fée démoniaque sur l'épaule, mais bien parce qu'elle était tellement douce et gentille qu'elle attisait immédiatement la sympathie. Et puis le fait qu'elle soit novice touchait beaucoup Archi aussi, qui se voyait à travers elle et comprenait à quel point elle avait besoin d'être aidée dans les quelques mois semaines qui allaient arriver. Ça n'avait rien de facile un nouveau job à la tour bleue !


Archibald Marius Grant
Quand tu es heureux, regarde au plus profond de toi. Tu verras que seul ce qui t’apporte de la peine, t’apporte aussi de la joie. Quand tu es triste, regarde à nouveau dans ton cœur, et tu verras que tu pleures ce qui te rendait heureux..- emeraudia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 118
Couverture : étudiante
Points : 172


MessageSujet: Re: Au printemps de ma vie [PV]   Mar 13 Sep - 12:15

« Le Docteur Hero. C'est un peu l'ennemi number one d'Emeraudia d'après ce que j'ai compris. Et pour le connaître personnellement, ça se comprend, croyez-moi... » Même si elle ne se départait ni de son sourire, ni de sa bonne humeur, un frisson lui parcourut l'échine en repensant à toutes les expériences que cet homme lui avait fait subir durant sa vie avec les fées. Ce qui représentait la très grande majorité de sa vie d'ailleurs.

« C'est le cas. J'ai été enlevée quand j'avais environ un an et je ne suis sortie de ma prison que récemment. C'est pour ça qu'Obsilone se présente comme ma mère, elle m'a en quelque sorte élevée. » Sithmaith haussa les épaules. Cela ressemblait à une histoire que l'on pouvait raconter pour faire pleurer dans les chaumières, mais ce n'était pas son intention. Elle n'était pas triste et ses vrais parents ne lui manquaient pas : elle n'avait jamais connu rien d'autre que sa vie avec les fées dans sa grande cage ! En revanche, Emeraudia et toutes ses nouveautés l'exaltaient autant qu'elles lui donnaient le tournis ! C'était comme découvrir la couleur après n'avoir vu toute sa vie qu'en noir et blanc.

Elle s'informa ensuite sur l'utilité des objets qu'on lui avait donné et d'après sa nouvelle connaissance, ça allait effectivement servir. Et elle serait bel et bien obligée de se battre… une idée qui l'enchantait moyennement bien qu'elle en soit capable car elle était plutôt douée dans son genre… mais elle renonçait aussi très vite, à la première goutte de sang versée, car elle ne supportait pas de voir autrui souffrir.

« Oui j'ai un pouvoir. Je l'ai utilisé tout à l'heure, c'est ce qu'on appelle le refus de la réalité. Sur une surface donnée, je peux réparer, repousser ou trancher un aspect de la réalité. » Mais comme ce n'était pas si simple que ça à comprendre, elle ajouta : « Je vais vous… enfin, je vais te montrer. Tu heu… veux bien me tenir tout ça ? » Elle lui tendit ce qu'elle avait dans les bras et fixa une fontaine à eau devant eux. Ses doigts tracèrent une rune : « Tranche » dit-elle dans la langue des fées, et aussitôt la rune fusa vers la fontaine, la brisant en mille éclat, l'eau aurait du les éclabousser, car ils étaient tout proches, mais elle traça une nouvelle rune : « Repousse ! » Et cette fois la rune forma un bouclier autour d'eux et l'eau coula au sol. Elle traça encore une fois une rune qui cette fois forma une boule autour des débris de la fontaine et de l'eau sur le sol : « Répare ! » Et en une minute environ, le temps que la magie agisse, la fontaine retrouva exactement son apparence première, et toute l'eau était retournée à l'intérieur, propre, comme si l'incident n'avait jamais eu lieu et qu'elle n'avait jamais brisé son contenant.

Comme à chaque fois qu'elle utilisait ses pouvoirs, ses cheveux blonds étaient devenus de plus en plus roux, jusqu'à prendre réellement une teinte orangée. Une fois sa démonstration finie, elle leva un visage satisfait vers Archibald. Elle n'aimait pas se battre, mais elle aimait bien son pouvoir, car il pouvait aussi soigner les gens, pas seulement les objets. Cela ne valait pas forcément un vrai sort de soin car elle ne pouvait pas guérir d'un empoisonnement par exemple, mais pour les blessures physiques, elle était douée.

« C'est de la magie des fées. Ce sont Obsilone et les autres qui me l'ont apprise. Mais j'espère être affectée dans une équipe de soin plutôt que de devoir trop me battre. » Elle ne précisa pas que ce pouvoir lui avait été plus ou moins donné de force lors des expériences où elle servait de cobaye. Cela lui sembla inutile.

« Et vous… enfin, je veux dire toi ? Tu as un pouvoir ? » Sûrement, puisqu'il était agent !


Sithmaith Erin Weston.
J'ai de l'amour plein la tête, Des envies éternellement, Et regarde si tu es prête... Comme le monde est grand.
Laisse le passé où il est, Il faut aimer maintenant. Tu verras si rien ne t'arrête... Comme le monde est grand - Paix Blanche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Au printemps de ma vie [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au printemps de ma vie [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kirk Mueller quitterait le CH au printemps .. !
» Le printemps du cinéma
» Matin de printemps...
» Ménage de printemps 2011
» Tournoi du Printemps du jeu à Bourgoin Jallieu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Emeraudia :: La Tour Bleue :: Les étages & sous-sols-
Sauter vers: